LE CASTEL
wikiCASTEL - CALENDRIER - FORUM
Inscription - Rechercher - Liste des membres - FAQ
Dernière visite: 2020-06-02 18:12. Non connecté. Connexion.
Le Castel Forum Index » » Le Crachoir » » Dossier quasi complet sur Jackson... Réponse

Sujet: Dossier quasi complet sur Jackson...

Gaia (Membre)
2005-11-07 17:25
Inscrit: Sep 27, 2004 Messages: 34
Email | répondre en citant
Je vais laisser plein de liens, de textes, de lettre ouvertes et de documents. Donc il y a beaucoup, beaucoup, beaucoup de lecture.

Si ça ne vous intéresse pas, partez tout de suite, ça n'en vaudrait pas la peine!

Si vous voulez approfondir l'histoire, eh bien vous êtes les bienvenus!

*****************************************

Beaucoup de textes sur Michael Jackson ont été posté pendant le procès, alors qu'on ne savait pas s'il allait être aqcuitté ou non. Donc, certain textes sont périmés, mais l'essentiel du message reste le même.

******************************************
Commençons doucement...

Lettre de fan:

À propos de l?édito de la semaine de Dave Lévesque:
Michael Jackson ou la triste histoire d?une étoile déchue
30/03/2005

Bonjour Dave.

J?ai trouvé ton éditorial bien intéressant et j?aimerais te faire part de mes réactions, si ça t?intéresse, car je pense avoir des nuances intéressantes à apporter.

Je m?intéresse à Michael Jackson depuis longtemps et, comme toi, je l'admirais
beaucoup quand j'étais jeune et je l'admire encore plus aujourd'hui quand je le vois toujours debout, encaissant les coups les plus bas. C'est que personnellement, je suis persuadée de son innocence. Il y a des certitudes, comme ça, qu'on ne peut pas toujours expliquer.

Comme j'admire beaucoup ce qu?il est, c?est très frustrant et enrageant de ne lire que des bassesses et des méchancetés à son sujet? et ce, depuis un peu plus de 12 ans, maintenant. C'est beaucoup trop.

Ton éditorial m?a fait beaucoup de bien, en ce sens que tu posais cette fameuse question pourtant toute simple: «Est-il vraiment pédophile?»

Ton éditorial est sur le site de Musique Plus, une chaîne qui vise un public jeune et malheureusement, un public souvent mal informé. C?est pourquoi je me suis réjouie à l?idée que la plupart de ces jeunes liraient un article objectif, qui mettait en cause le verdict de culpabilité qu?on impose hâtivement à Michael.

C?est vraiment bien que tu amènes les gens à se poser des questions avant de juger. C?est un concept sur lequel tout le monde s?accorde, mais qui est si peu appliqué dans le quotidien! Leur rafraîchir la mémoire sur cette belle valeur est une initiative que j?approuve entièrement.

Les nuances que j?aimerais apporter concerne cette image qu?on utilise de «l?étoile déchue». Précisément, ce désir quasi-collectif et pervers de voir redescendre ce qui est monté. Comme si la planète entière souffrait du complexe d'abandon.

Il plane toujours un voile de mystère sur Michael Jackson, comme s?il était un personnage sorti d?une bande dessinée. Les médias en profite énormément, jusqu?à en abuser.

Cet intérêt que nous accordons à Michael Jackson (que nous soyons pour ou contre lui) montre qu?il sera difficile, même plusieurs années après sa mort, de le considérer «déchu».
Sa crédibilité est gravement mise en doute, ce qui ne signifie pas qu?il est fini.

Encore aujourd?hui, il a gardé son titre du meilleur vendeur d?albums de tous les temps. Depuis les nouvelles accusations, ses ventes d?album augmentent (ça incite à se poser des questions farfelues)!!! C?est toujours lui qui peut se vanter d?avoir attiré le plus grand nombre de personnes à ses spectacles. Il n?est pas encore surpassé.

Mais toute histoire a un début! Si j?ai eu envie de répondre à ton éditorial c?est à cause d?un évènement qui s?est déclenché en 1993, quand Michael Jackson s?est fait accusé de pédophilie pour la première fois.

Tu as le point de vue d?une personne qui a un parti pris en faveur de Michael Jackson et je continue dans cette voie non objective dans le but de dépeindre une version des faits qui n?est pas souvent exploitée.

En 1993 j?avais 11 ans. Aux nouvelles, on nous a tout d'abord appris que Monsieur Jackson se faisait accuser de pédophilie. À en juger la réaction de mon entourage, presque personne n'y croyait. Moi non plus! La plupart se doutaient que c?était probablement une tentative d?extorsion.

Mais après quelques jours, une nouvelle
est arrivée : Michael aurait donné plusieurs millions à la famille pour
annuler la poursuite. C?est une erreur de jugement de la part de M. Jackson (et son équipe de conseillés en image), qui a ouvert la porte à toutes les attaques qui en ont découlés depuis: car le doute s?est alors manifesté et c?est là que la confiance qu?on avait en lui s?est déstabilisée.

Dans la tête de Michael Jackson, régler le tout à l?amiable démontrait simplement qu?il ne voulait pas passer les 2 ou 3 prochaines années au tribunal, voulant terminer sa tournée et commencer d?autres projets. Il pensait peut-être que tout le monde se dirait la même chose. Mais dans la tête des médias et de beaucoup d?entre nous, régler à l?amiable était une preuve
possible de sa culpabilité : il avait acheté le silence.

Et du peu qu?on connaissait de cette entente, c?était normal d?avancer une
telle hypothèse. Mais si seulement on en avait su un peu plus sur les dessous de l?entente, on aurait peut-être reprit confiance et on n?aurait peut-être pu éviter d?utiliser Michael Jackson comme punching bag pendant un peu plus d?une décennie.
Faut-il jeter quelqu?un à la poubelle quand le doute plane? Renier les gens à la moindre incertitude?

Depuis 1993, il m?est souvent arrivé d?en vouloir aux revues hebdomadaires, aux chroniqueurs de journaux? C?est blessant d?ouvrir un magasine et de voir se faire massacrer un homme à qui tu voues un énorme respect et à qui tu t?identifies! C?est mes valeurs qu?ils attaquaient! C?est mon rêve d?un monde meilleur et d?humanité en paix qu?on venait souiller. Il suffisait d?un petit article de magasine pour enlever un petit peu de cet espoir que Michael
Jackson a inscrit en moi au début de mon adolescence.

Mais surtout, pendant 12 ans, aucun de ces magasines n?a remis sérieusement en question les événements de 1993! Ils ont continué dans la vague...

Qu?est-ce qu?on tente de prouver en s?acharnant sur Michael Jackson? Que la marginalité, c?est mal? Que les génies doivent être détruit? Est-ce que c?est supposé être réjouissant de faire volontairement dégringoler la réputation de quelqu?un? Sommes nous aussi sans c?ur? On l?attaque gravement! Et là ce n?est pas une petite blague sur ses chirurgies! Non, on l?attaque droit dans l?âme, dans le nid de ses convictions profondes! On viole carrément son rêve :

Avant les premières accusations, il venait de sortir «Dangerous», un album imprégné de message de paix et d?amour. Heal The World, un des singles de l?album, est une chanson destinée à faire comprendre au monde qu?il faut faire attention à nos enfants, car ils détiennent la lumière qu?il nous faut (un esprit ouvert qui ne juge pas) pour bâtir un avenir meilleur. Il a même créé une fondation qui avait pour but, entre autres, de ramener en hélicoptère les enfants malades des régions isolées.
À ce moment, il avait déjà donnée énormément d?argent en une vingtaine d??uvres de charité et avait organisé USA Africa avec la chanson We Are The World, pour venir en aide aux africains. Les allégations sont venues APRÈS tout ce que je viens de nommer!

Philosophiquement, je viens de faire un très joli sophisme et ça ne prouve rien? je me console en me disant que ça démontre au moins que la rumeur qui dit qu?il a écrit Heal The World pour se faire pardonner ses attouchements n?est qu?une manifestation de plus de la déformation qui s?est faite des événements.

Il y a tellement chose à dire sur Michael Jackson et sur la manipulation de l?information qui l?entoure, l?extorsion sous toutes ses formes, l?incitation
au rejet d?autrui?

J?aborde le revers de la médaille pour amener une question qui ressemble à la tienne: «Et si les fans avaient raison de garder confiance en lui?»

Laissons les choses aller, on verra bien. Personnellement, je crois fermement que
Michael Jackson n?est pas coupable et qu?il sera jugé comme tel.

Ça me plaît d?imaginer, dans ma tête qui voit tout beau, qu?à la lumière de tous ces complots, Michael Jackson se relèvera, plus
léger, et qu?il sera l?instigateur de la révolution de l?information. Il deviendra l?icône d?un mouvement mondial contre la désinformation des médias en s?utilisant comme élément de preuve de l?abus dans lequel ils plongent souvent et, ayant assisté à cette campagne de destruction de la personne qui aura duré un peu plus de 12 ans, nous aurons tous été témoin du fait que les médias induisent souvent en erreurs... graves.

Quand on est persuadé que Michael Jackson est pédophile, on peut facilement se
dire que tous ses fans sont des débiles mentaux qui le défendent aveuglément.

Mais si on regarde ça sous un autre angle, on pourra se rendre compte au
contraire que, malgré ses chirurgies, ses fans ne le jugent pas sur ses complexes. Malgré la décoloration de sa peau, ses fans ne le jugent pas sur sa maladie. Malgré les accusations graves qui pèsent sur lui, ses fans s?informent et le soutienne. Et malgré le fait que les médias s?entêtent à nous le faire voir comme un monstre, les fans s?accrochent à leurs convictions et ne se laissent pas influencer sous la pression de l?opinion publique.

Les fans ne défendent pas Michael Jackson aveuglément, ils savent pourquoi ils le
font. Ils ont des arguments forts, eux aussi.

Les fans de Michael sont automatiquement des personnes qui vont au-delà des préjugés et qui l?aiment pour les bonnes raisons. Michael Jackson en est conscient et c?est pourquoi il salue toujours ses fans avec énormément d?emphase et de respect... qu?il leur dit souvent: «You are de greatest!».

Car quand des fans jouent leur propre intégrité sur la réputation incertaine
de l?artiste en qui ils ont confiance, ils sont forcément les meilleurs.

Merci pour ta patience et ta pertinence.


[ Ce Message a été édité par: Gaia le 2005-11-07 17:44 ]

Gaia (Membre)
2005-11-07 18:06
Inscrit: Sep 27, 2004 Messages: 34
Email | répondre en citant
CHRONOLOGIE

ANNEE 2003

6 Fév. :
Diffusion du documentaire "Living with Michael Jackson" de Martin Bashir sur ABC dans lequel Michael déclare avoir partagé son lit avec des enfants.

14 Fév. :
Les autorités de Los Angeles examinent la possibilité d'enqueter sur un eventuel cas de molestation d'enfant apres un appel téléphonique d'un employé d'une école ayant vu le documentaire télévisé.

18 Fév. :
Les autorités de Santa Barbara ouvrent les investigations.

20 Fév. - 12 Mars :
Michael aurait commis cinq actes obscenes sur un enfant de moins de 14 ans et aurait intoxiqué quatre fois le garçon pour tenter de le molester.

Février :
Michael engage l'avocat criminel de défense Mark Geragos.

Février :
La mère du garçon accuse des associés de Michael de l'avoir elle et ses enfants obligés à aller vivre au Brésil.

27 Fév. :
Les autorités de Los Angeles concluent à des soupçons de molestation non fondés.

16 Avr. :
Les autorités de Santa Barbara cloturent les investigations.

Juin :
Le garçon rapporte à un psychologue qu'il a été molesté par Michael.

13 Juin :
Les autorités de Santa Barbara réouvrent les investigations.

18 Nov. :
Environ 70 policiers et experts du Comté de Santa Barbara pillent le ranch de Neverland. Un mandat d'arrêt est lancé contre Michael.

20 Nov. :
Michael est retenu dans la prison du Comté de Santa Barbara, renonce à son passeport et est libéré en échange d'une caution de 3 millions de dollars.

25 Nov. :
Michael prépare sa défense sur le web en communicant à travers un nouveau site officiel.

18 Déc. :
Le procureur du Comté de Santa Barbara Tom Sneddon classe sept chefs d'inculpation pour actes obscenes sur un enfant de moins de 14 ans et deux chefs pour administration d'alcool.

29 Déc. :
"Je préfererais m'ouvrir les veines plutot que de faire du mal à un enfant", déclaration de Michael dans son premier entretien télévisé depuis les accusations.


ANNEE 2004

13 Janv. :
Michael décide de quitter Neverland suite au pillage du ranch par les autorités de Santa Barbara.

16 Janv. :
Michael plaide non coupable des neuf chefs d'inculpation dans une premiere audience à la Cour Supérieure de Santa Maria. Il accueille plusieurs fans à Neverland pour les remercier de leur appui.

25 Mars :
19 grands jurés et 6 de remplacement sont choisis.

29 Mars :
Le grand jury est rassemblé.

21 Avril:
Le grand jury accuse Michael.

25 Avril:
Les avocats de Michael, Mark Geragos et Benjamin Brafman, sont remplacés par Thomas Mesereau Jr.

30 Avril:
Michael plaide non coupable des chefs d'inculpation retenus par le grand jury. Un chef pour conspiration, cinq pour actes obscenes, et quatre pour administration d'alcool.

8 juillet :
La défense demande que l'acte d'accusation soit rejeté invoquant l'intimidation du procureur Sneddon sur les témoins et les jurés.

16 juillet :
Le procureur Sneddon est interrogé par l'avocat de la défense Thomas Mesereau devant la Cour. L'acte d'accusation ne sera finalement pas rejeté.

17 août :
Michael se rend au tribunal de Santa Maria accompagné de sa famille pour une nouvelle audience

20 août :
Audition du beau père de l'accusateur

21 août :
Auditions des employés de Neverland

16 septembre :
Audition de la mère de l'accusateur par la défense. Les procureurs cherchent à limiter l'interrogatoire.

5 octobre :
La défense demande que le procureur Sneddon soit écarté de l'affaire. Sans succès.

16 octobre :
L'avocat Steve Cochran quitte l'équipe de la défense.

19 novembre :
Les autorités entrent en contact avec l'accusateur et les témoins de 93 pour les inciter à témoigner dans la nouvelle affaire.

04 & 05 décembre :
Les autorités mènent deux perquisitions à Neverland afin de prélever un échantillon de salive sur Michael.

[ Ce Message a été édité par: Gaia le 2005-11-09 02:28 ]

Gaia (Membre)
2005-11-07 19:06
Inscrit: Sep 27, 2004 Messages: 34
Email | répondre en citant
LES PRINCIPAUX PROTAGONISTES DANS L'AFFAIRE JACKSON


L'ACCUSATEUR

IMAGE

Gavin Arvizo. Victime d'un cancer, il a suivi le programme de rétablissement que Michael Jackson offre gratuitement aux enfants atteints de graves maladies. 4 mois après la diffusion du documentaire «Living With Michael Jackson», dans lequel le jeune garçon prend la défense de Michael, Gavin se rétracte et dit à son psychologue que Michael l'a attouché.

LE JUGE
IMAGE

Rodney Melville. Il a servi l'association de juges de la Californie, au conseil exécutif de 1997 à 2000. En 2001 il a reçu une distinction d'officier juridique de l'année 2001. Éducation: Université de l'Etat De San Diego, 1965. Université de Hastings College of the Law, Californie, 1968.
http://www.sbcourts.org/general_info/judicial_officers/melville.htm


LA POURSUITE

IMAGE

Thomas Sneddon, 64 ans, procureur général du comté de Santa Barbara. 35 ans en tant que procureur et 22 ans en tant que procureur général. M. Sneddon a mené les recherches sur Michael en 93. Recherches qui se sont interrompues quand le jeune accusateur a refusé de témoigner après que sa famille ait reçu un réglement financier de Michael. L'ancien boxeur tenace fut surnommé par le passé "Mad Dog" (Chien Fou). Il a affirmé n'avoir aucune aspiration à la politique et a l'intention de se retirer à la fin de son mandat en 2006.

IMAGE

Ron Zonen, 56 ans, procureur adjoint du comté, travaille à l'unité "crimes sexuels". Il s'est occupé de plusieurs affaires de haut profil dont le procès de cinq jeunes hommes impliqués dans l'enlèvement et le meutre de Nicholas Markowitz âgé de 15 ans, dans lequel le tueur a été condamné à mort.

IMAGE

Gordon Auchincloss, 50 ans, procureur adjoint, s'est occupé de plusieurs affaires de drogues et de conspiration. Son affaire actuel de meutre de haut profil contre Benjamin Ballesteros, accusé d'avoir tué sa petite amie, l'oppose à l'un des avocats actuels de Michael, Robert Sanger.

IMAGE

Gerald Franklin, 70 ans, procureur adjoint, se concentre sur les procédures légales. Il s'occupe souvent des affaires renvoyées en Cour d'appel pour le bureau du procureur général.


LA DEFENSE

IMAGE

Thomas Mesereau, 54 ans, a remplacé l'avocat spécialisé en affaires criminelles Mark Geragos en cours d'année 2004. Il a représenté des clients tels que l'acteur suspecté de meurtre Robert Blake, et a défendu avec succes le boxeur Mike Tyson contre une accusation de viol. Chaque année, il défend gratuitement des condamnés à mort dans le sud de l'Amerique.

IMAGE

Susan C. Yu, 42 ans, associée de Thomas Mesereau, se spécialise dans les cas de litiges civils complexes et dans la défense criminelle.

IMAGE

Steve Cochran, 47 ans, ancien défenseur public fédéral, a egalement été avocat civil pour Michael dans plusieurs affaires.

IMAGE

Robert Sanger, 56 ans, avocat de la défense situé à Santa Barbara, s'est également occupé de cas criminels et civils complexes dans l'Etat et les cours fédérales. Il a representé Michael sur plusieurs autres affaires. C'est lui qui a défié l'ancien procédé de sélection des jurés dans le comté de Santa Barbara qui sous-représentait les latinos. C'est également un adversaire important de la peine de mort.

IMAGE

Brian Oxman, 53 ans, avocat civil et ami de la famille Jackson depuis une quinzaine d'années. Avocat actuel de la défense, il a essayé de miner la crédibilité du Dr. Stan Katz, le psychologue du jeune accusateur.

*****

LES AUTRES PRINCIPAUX PROTAGONISTES

IMAGE

Dr. Stan Katz, psychologue de Beverly Hills, a rapporté les propos du jeune accusateur actuel en juin 2003 après une session de thérapie. Les avocats de la défense de Michael ont indiqué qu'un certain Bradley Miller avait aussi été l'un de ses patients.

IMAGE

Bradley Miller, détective privé de Beverly Hills, a travaillé pour Mark Geragos(ancien avocat de Michael Jackson)pour le cas actuel. Il a été impliqué dans une interview enregistrée sur bande vidéo du garçon et de sa famille après le documentaire de Martin Bashir.

IMAGE

William Dickerman, avocat de Los Angeles au service de la famille du jeune accusateur début 2003. Il a échangé plusieurs lettres avec Mark Geragos entre avril et juin exigeant le retour des affaires et biens personnels de la famille. Il a finalement mis la famille en rapport avec un autre avocat, Larry Feldman.

IMAGE

Larry Feldman, également avocat de Los Angeles, a négocié le réglement financier lors de l'affaire de 1993. Dans le cas actuel, le jeune accusateur a parlé à M. Feldman en juin 2003 au sujet des agressions sexuelles alleguées. M. Feldman a alors mis le garçon en relation avec le Dr. Stan Katz, qui fut également le psychologue de l'accusateur de 93.

IMAGE

Janet Arvizo, 35 ans, la mère de l'accusateur, a été interrogée par Thomas Mesereau lors d'une audience d'avant-procès en septembre 2004. Selon les avocats de la défense, les accusations d'agressions sexuelles sont le résultat d'une tentative échouée de la mère d'obtenir de l'argent. Dans le passé, elle a poursuivit un super marché en disant que les gardiens l'avaient violemment tabassé. Ils lui ont donné 10 000$ pour la faire taire. Elle a avoué, pendant le procès de Jackson, qu'elle avait menti à ce sujet.

IMAGE

Jay Jackson (aucun lien de parenté avec Michael), le beau-père du jeune accusateur, et un ancien commandant dans l'armée pendant 22 années. Il a épousé la mère du garçon en mai 2003. Il a indiqué avoir reçu une demande de Neverland lui proposant à lui et à la famille de participer à la vidéo Take 2 afin de combattre la mauvaise publicité produite par le documentaire Bashir. Il a déclaré avoir demandé que la famille reçoive une somme d'argent en échange.

[ Ce Message a été édité par: Gaia le 2005-11-07 22:02 ]

Gaia (Membre)
2005-11-07 19:42
Inscrit: Sep 27, 2004 Messages: 34
Email | répondre en citant
BIEN COMPRENDRE LA JUSTICE...

Une poursuite pénale et une poursuite civile sont deux choses bien différentes.


La poursuite civile:

Contrairement à la poursuite pénale, ce n?est pas l?intérêt public qui est en cause dans une poursuite civile, mais plutôt l?intérêt personnel de la victime. Par conséquent, c?est elle-même, ou ses parents si elle a moins de 18 ans, qui poursuit personnellement l?auteur de l?infraction et qui lui réclame le paiement des dommages résultant de l?infraction. La victime qui désire être indemnisée du préjudice qu?elle a subi et qui n?a pas été autrement compensée (biens endommagés, blessures corporelles ou traumatisme psychologique, etc.) peut intenter une poursuite civile contre l'accusé.


La poursuite pénale (ou criminelle):

Elle est intentée à la suite de la commission d?une infraction prévue au Code criminel (vol, agression sexuelle, meurtre, etc.) ou par une autre loi à caractère pénal comme la Loi sur les drogues et autres substances. Comme la lutte contre le crime vise l?ensemble de la société, ce n?est pas la victime qui intente les procédures judiciaires contre un accusé, mais l?État. Plus spécifiquement, la personne chargée d?entreprendre les poursuites se nomme le substitut du procureur général. Pour obtenir plus de détails sur le sujet, consultez: La représentation de la victime.
http://www.educaloi.qc.ca/jeunes/justice_penale/la_victime/287/

Dans le cadre d?une poursuite pénale , la victime est généralement un témoin clé. L?objectif premier de la poursuite pénale est de responsabiliser l?accusé, généralement en lui imposant une peine. De plus, la réparation des dommages commis par l?accusé et subis par la victime fait partie des principes de la loi. À titre d?exemple, les peines suivantes peuvent être prononcées : amende, travaux communautaires, emprisonnement, remboursement, etc.

L?auteur d?une infraction peut donc être traduit en justice à la fois au pénal et au civil, puisque les deux types de poursuite ne visent pas le même objectif. Toutefois, jamais une victime ne sera remboursée plus d?une fois pour les mêmes dommages.


Janet Arvizo comptait sur la poursuite civile, afin d'être grassement dédommagée. Quand elle a appris que son dossier irait en cours criminelle, elle s'y est opposée.

********************************************


COMPRENDRE LE DEROULEMENT DE L'AFFAIRE

- Le dossier suivant a été rédigé par Jonna M. Spilbor (CV en fin de dossier) / Traduction : http://www.mjcollection.net, merci de créditer -

Le 5 janvier 2004, apres avoir été arrêté en novembre 2003, Michael Jackson a été formellement poursuivi en justice sur une plainte criminelle. Puis à la mi avril, une longue recherche secrete de deux semaines d'un grand jury a conclu à un acte d'accusation composé de 10 charges (ou chefs d'inculpation). L'acte d'accusation inculpe Michael Jackson non seulement de comptes multiples "d'actes obscenes envers un enfant", comme attendu, mais également d'une nouvelle charge etonnante : la conspiration. Michael Jackson a plaidé non coupable de tous les comptes.

Dans cet article, diverses questions relatives à cette affaire seront explorées :
Que signifie la décision des procureurs d'opter pour un acte d'accusation plutot qu'une plainte ?
Quel est l'effet de la nouvelle charge de conspiration dans l'acte d'accusation ?
Et quelle pourrait être la strategie de la défense pour gagner l'affaire ?


LA DECISION PEU COMMUNE DES PROCUREURS D'OPTER POUR UN ACTE D'ACCUSATION

En Californie, les procureurs peuvent lancer une action criminelle en classant une plainte,
ou en obtenant un acte d'accusation d'un grand jury. Mais la majorité des affaires criminelles
en Californie mènent à une plainte. En revanche, les cours fédérales et beaucoup d'autres etats
utilisent presque exclusivement un grand jury.

A l'origine, l'affaire concernant Michael Jackson a mené à une plainte. Mais le procureur Tom Sneddon a ensuite changé de méthode. Pourquoi ? Parceque probablement en vertu de la loi en Californie, une fois qu'un acte d'accusation d'un grand jury est classé, de même que dans cette affaire ci, l'accusé perd son droit d'obtenir une audience préliminaire.

Selon l'article 859 du code pénal de Californie, une fois qu'une plainte de crime est classée,
l'accusé et le peuple ont le droit à un examen préliminaire devant une Cour dix jours apres la
poursuite en justice de l'accusé.

Parmi ceux qui ont profités de (ou qui projettent de prendre) ce droit : O.J. Simpson,
Robert Blake, Scott Peterson, Phil Specter et Courtney Love. Et egalement beaucoup de personnes
non celebres.

Pourquoi le droit à une audience préliminaire est-il précieux pour la défense de l'accusé ?
En théorie, une audience préliminaire permet au juge de vérifier s'il y a suffisament de
preuves pour ouvrir un proces. Mais dans la pratique, sa portée est plutôt differente.

D'une maniere générale, une audition préliminaire oblige la partie accusatrice (ou poursuite)
à présenter la base des preuves et permet donc à la défense de mieux se preparer pour le proces.

D'ailleurs, l'audience préliminaire est une occasion pour la défense de se positionner.
Spécifiquement, la défense peut présenter ses élements, nier un élément de la
poursuite, et contredire les témoins de la poursuite.

A quoi aurait pu ressembler une audition préliminaire dans l'affaire de Michael Jackson ?
Elle se serait probablement concentrée sur la confrontation avec le témoignage de l'accusateur.

Mais désormais, Michael Jackson a perdu cette occasion dû au changement de méthode du procureur Tom Sneddon. Bien que légal, le fait de vouloir subitement amener l'affaire devant un grand jury alors qu'une audience préliminaire était initialement prévue est plutôt injuste.

Comme indiqué ci-dessus, dès que la plainte a été classée, Michael Jackson a gagné le droit à une audience préliminaire. Maintenant, les procureurs ont annulé eux memes le droit qu'ils ont déclenché en posant un inconvenient à la tactique de la défense et ont ainsi tiré profit de toute la publicité négative que leur plainte a engendré.


L'ACTE D'ACCUSATION FACE A LA PLAINTE

Comparons maintenant l'acte d'accusation à la plainte.

Tout d'abord, la victime alleguée est la même, et aucune autre victime alleguée n'est mentionnée.
En dépit des rumeurs concernant un autre accusateur, l'acte d'accusation n'y fait pas référence.

En second lieu, les accusations portées ne sont plus exactement les mêmes.

La plainte a allegué sept comptes d'actes obscenes envers un enfant alors que l'acte
d'accusation en allegue quatre, plus un compte d'attouchement sexuel sur mineur. Ainsi, qu'est-il
arrivé aux deux comptes d'actes obscenes manquants et pourquoi l'acte d'attouchement n'était-il
pas indiqué en premier lieu ?

La plainte a allegué deux comptes d'administration d'agent intoxicant, l'acte d'accusation en
allegue quatre. L'accusateur se serait-il rappelé entre temps que le chanteur lui a donné à
deux autres reprises des substances intoxicantes ? Si oui, quelles sont les explications
possibles pour que sa mémoire se soit renouvelée ?

Contrairement au vin raffiné, les mémoires ne deviennent généralement pas meilleures au fil
du temps. Au lieu de cela, typiquement, elles déclinent. Si la mémoire d'un témoin s'affine
apres que l'évenement ait eu lieu, c'est un phénomene qui ne doit pas être ignoré ni par la
poursuite ni par la défense.

De plus, les dates ont également changé. La plainte a indiqué que cinq des sept comptes "d'actes
obscenes" se sont produits entre le 7 fevrier 2003 et le 10 mars 2003, et tous les autres
comptes se sont produits entre le 20 février et le 10 mars 2003. Mais l'acte d'accusation
indique que tout sauf la nouvelle charge de conspiration se sont produits entre le 20 février
2003 et le 12 mars 2003.

Notez que ce n'est pas seulement un décalage de la période mais c'est également un
rallongement. Soudainement, quelquechose s'est produit le 12 mars qui n'a pas été inclus dans la
plainte. Mais alors pourquoi ?

L'accusateur a été confus ou a eu des problemes de mémoire, ou bien la poursuite a blaclé sa
plainte, ou alors le grand jury a refusé d'accuser sur des actes et a corrigé les dates sur
d'autres. Peu importe la maniere, ceci n'est pas bon pour la poursuite.

Les charges originales, colonne vértébrale de l'affaire, étaient le fruit de plusieurs mois
de recherches. Pour cette raison, l'acte d'accusation du grand jury ne concordant pas avec
la plainte, est curieux dans le meilleur des cas, et au pire, potientiellement désastreux pour
la poursuite.


L'ETRANGE CHARGE DE CONSPIRATION : PAS DE NOMS DONNES, PAS DE FAITS DECRIS

Désormais il y a une nouvelle charge : un compte de conspiration, indiqué pour s'être produit entre le 1er fevrier et le 31 mars 2003.

L'acte d'accusation énumere trois objets de la conspiration alleguée : l'enlevement d'enfant,
l'emprisonnement faux et l'extorsion.

C'est non seulement une nouvelle charge mais aussi la plus importante dans l'acte d'accusation.
Celle qui expose Michael Jackson à la plus grande peine si condamné. Ainsi, elle mérite un
examen minutieux.

Malheureusement, même les avocats-conseils de défense n'auront pas acces aux détails scellés
de la charge avant le 3 mai, et le public n'y aura pas acces jusqu'à décision de la Cour.

Le résultat est que les "28 actes manifestes" allegués dans l'acte d'accusation restent inconnus.
Pour qu'il y ait conspiration cela implique qu'il y ait eu une ou plusieurs actes qui laissent
à penser qu'il y a eu complot. L'acte d'accusation ne répond jamais à cette question :
Quelles étaient précisément les actes ?

Cette description limitée du compte de conspiration soulève quelques problemes potentiels avec
cette charge. Une conspiration est essentiellement un accord criminel qui par définition n'est
possible que si au moins deux personnes en sont à l'origine. Pourtant, aucun co-conspirateur
n'est nommé.

En outre, s'il y avait vraiment des conspirateurs dans l'abus allegué d'un enfant, pourquoi n'ont
ils pas été accusés ? Peut-être négocient-ils un plan avec le procureur qui jusqu'ici n'a fait
que les menacer d'accusation s'ils ne coopéraient pas.

Si les négociations sont en effet actuellement en cours, alors la charge de conspiration peut
être plus préoccupante qu'elle n'y parait. Elle peut avoir été ajoutée sur l'acte d'accusation,
non pour faire peur à Michael Jackson avec une eventuelle peine de prison beaucoup plus longue,
mais pour terrifier ceux qui croivent peut-être être des co-conspirateurs et qui prendraient
peur de finir eux aussi en prison. Ces personnes étant des membres probables de l'entourage
de Michael Jackson, particulièrement ceux qui ont travaillé chez Neverland.

Un conspirateur (ici Michael Jackson) peut être condamné pour des actions que les
co-conspirateurs ont commis, car il est a l'origine du complot. Et en vertu de loi de Californie,
tous les co-conspirateurs peuvent être condamnés à la même peine de prison que celle de
Michael Jackson.

Les procureurs ont pu avoir ajouté la charge de conspiration simplement pour gagner une plus
grande puissance sur l'affaire ou combler une certaine preuve qu'ils n'avaient pas jusqu'ici.

Après tout, l'idée qu'un groupe de personnes ait convenu que Michael Jackson pourrait
molester des enfants semble très peu probable. Si ces allégations de molestation se révélent
veridiques, les membres de l'entourage du chanteur pourrait être accusé de complicité.
Mais accuser de complicité exigerait de donner des noms alors qu'ajouter une charge de
conspiration à un acte d'accusation ne l'exige pas réellement.

Alors, il se peut que l'acte d'accusation ait de véritables lacunes cruciales, et si c'est le cas il ne serait pas bon de laisser ces lacunes envenimer la situation. Les défendeurs doivent savoir avec
qui ils sont censé avoir conspiré, et pour le savoir il aurait fallu que ce soit indiqué pas plus
tard qu'au moment de la publication de l'acte d'accusation.


UNE AUTRE ISSUE : UNE CONSPIRATION A CHOIX MULTIPLES

Cependant, un autre probleme potentiel avec la conspiration est indiqué par le fait que le compte de conspiration est décrit comme un "jeu à choix multiples".

Typiquement, un procureur qui pense qu'une conspiration s'est produite peut accuser de plusieurs
façons : - un compte de conspiration pour commettre l'enlevement d'enfant, un compte de
conspiration pour commettre l'emprisonnement-faux, et un compte de conspiration pour commettre l'extorsion.

La charge d'un compte simple mais incluant trois possibilités differentes permet de penser
que la connaissance du procureur est limitée, et qu'il espere que la preuve soutiendra au moins
une de ces trois possibilités.

Mais si les co-conspirateurs doivent témoigner, ce qui sera probablement necessaire pour
prouver une conspiration, alors le procureur ne devrait-il pas tout savoir d'avance au sujet de
la conspiration ?

Etrange toujours, c'est que Michael Jackson n'a pas été accusé lui-meme sur les objets réels
de la conspiration. En d'autres termes, les crimes de l'enlevement d'enfant, de l'emprisonnement
faux et de l'extorsion ne sont pas chargés en tant que crimes autonomes.

Ainsi, que se passe t-il vraiment ici ? peut-être que les charges absentes signifient que le
grand jury a refusé d'accuser en dépit de la preuve présentée. Ou, peut-être les procureurs ne
pouvaient pas présenter au grand jury la preuve pour soutenir des charges absentes - parceque
les co-conspirateurs supposés dans l'entourage de Jackson ne souhaitent pas témoigner contre lui.
Peut-etre qu'aucune preuve réelle n'existe et que l'entourage indique la vérité apres tout.


Jonna M. Spilbor is a frequent guest commentator on Court-TV and other television news networks, where she has covered many of the nation's high-profile criminal trials. In the courtroom, she has handled hundreds of cases as a criminal defense attorney, and also served in the San Diego City Attorney's Office, Criminal Division, and the Office of the United States Attorney in the Drug Task Force and Appellate units. In 1998, she earned certification as a Court Appointed Special Advocate with the San Diego Juvenile Court. She is a graduate of Thomas Jefferson School of Law, where she was a member of the Law Review.

[ Ce Message a été édité par: Gaia le 2005-11-07 20:36 ]

GonzzonG (Décodeur requis)
2005-11-07 20:47
Inscrit: Apr 06, 2002 Messages: 1989
Email | répondre en citant
Es tu sérieux... man.. la plupart des sujet ici save pas lire... faudrait tu rajoute des dessins... tsé!

-----------------
Le Monde Des Guitares De Jean Leloup


©º°šš°º© J'aime la vie, mais cibole que c'est court et compliqué! On met beaucoup de temps à comprendre qu'on comprend rien. ©º°šš°º© GönZZönG

Gaia (Membre)
2005-11-07 21:10
Inscrit: Sep 27, 2004 Messages: 34
Email | répondre en citant
Tu fais pas un peu de projection, là?

Perso, je trouve que c'est important de comprendre comment ça marche, parce que tout au long du procès, les décisions du Juge Melville étaient bonnes et justes, et il n'a laissé absolument aucune chance à l'équipe de Michael... C'est pas mal pour ces raisons là que je mets des documents précis et détaillés, ça aide à comprendre ce qui s'est précisément passé.

Aussi, si jamais ça te tente de lire, tu verrais qu'il y a des liens suspects entre certains protagonistes.

[ Ce Message a été édité par: Gaia le 2005-11-07 21:45 ]

Toulouse (Membre)
2005-11-08 18:05
Inscrit: Oct 24, 2004 Messages: 148
Email | répondre en citant
Quote:

Le 2005-11-07 17:25, Gaia a écrit:

Mais après quelques jours, une nouvelle
est arrivée : Michael aurait donné plusieurs millions à la famille pour
annuler la poursuite. C?est une erreur de jugement de la part de M. Jackson (et son équipe de conseillés en image), qui a ouvert la porte à toutes les attaques qui en ont découlés depuis: car le doute s?est alors manifesté et c?est là que la confiance qu?on avait en lui s?est déstabilisée.

Dans la tête de Michael Jackson, régler le tout à l?amiable démontrait simplement qu?il ne voulait pas passer les 2 ou 3 prochaines années au tribunal, voulant terminer sa tournée et commencer d?autres projets. Il pensait peut-être que tout le monde se dirait la même chose. Mais dans la tête des médias et de beaucoup d?entre nous, régler à l?amiable était une preuve
possible de sa culpabilité : il avait acheté le silence.

Et du peu qu?on connaissait de cette entente, c?était normal d?avancer une
telle hypothèse. Mais si seulement on en avait su un peu plus sur les dessous de l?entente, on aurait peut-être reprit confiance et on n?aurait peut-être pu éviter d?utiliser Michael Jackson comme punching bag pendant un peu plus d?une décennie.
Faut-il jeter quelqu?un à la poubelle quand le doute plane? Renier les gens à la moindre incertitude?
[/i]

[ Ce Message a été édité par: Gaia le 2005-11-07 17:44 ]




Le petit monsieur parle comme si on connaissait pas l'envers de cet offre. Mais il ne nous la présente pas non plus.. il fait juste dire que peut-être que M.Jackson a fait sa par bonne intention...Sa ne me convainc pas vraiment..

De plus ... Même si il aurait fait sa par bonne intention je trouve sa très prétentieux de vouloir acheter quelqu'un afin d'éviter d'aller en cours.. se dire qu'on peu régler la justice (même si on est innocent) en payant.. je trouve sa quelque peu déconcertant comme façon de penser..

...



Gaia (Membre)
2005-11-09 01:11
Inscrit: Sep 27, 2004 Messages: 34
Email | répondre en citant
Quote:

Le 2005-11-08 18:05, Toulouse a écrit:

Le petit monsieur parle comme si on connaissait pas l'envers de cet offre. Mais il ne nous la présente pas non plus. il fait juste dire que peut-être que M.Jackson a fait sa par bonne intention...Sa ne me convainc pas vraiment.



Si son but était de convaincre, il n'a pas réussi, en effet. Comment je l'interprète, c'est que je crois qu'il voulait simplement planter une graine dans notre esprit... nous dire: «Et si on approfondissait un peu plus, voir?»

Quote:
De plus ... Même si il aurait fait sa par bonne intention je trouve sa très prétentieux de vouloir acheter quelqu'un afin d'éviter d'aller en cours.. se dire qu'on peu régler la justice (même si on est innocent) en payant.. je trouve sa quelque peu déconcertant comme façon de penser..



Et c'est d'autant plus déconcertant et prétentieux quand la justice elle-même accepte le pot de vin.
Irresponsabilité civile, que ça s'appelle. Le tribunal n'a pas été poursuivit pour ça, pourtant. Ça ne devait pas être si grave, finalement...

C'est juste une lettre de fan, rien de littéraire ou journalistique... c'est un texte d'opinion: on a la perception de l'auteur, c'est normal que ce soit pas THE enquête approndie. Ça n'enlève rien au message.

Comme il le dit, les fans de Michael Jackson se font souvent chier dessus par tout le monde, il est sûrement un peu tanné de ça. Imagine: de pas pouvoir écouter la musique que t'aime et admirer LE danseur qui t'fait tripper... sans qu'on te fasse des jokes plates sur lui.
Surtout, si jamais c'est un vieux fan, ça fait depuis 1993 (12 ans) qu'il ne peut pu dire: «Je trips sur Michael Jackson» sans s'attirer des commentaires poches. Ça doit être fatiguant un moment donné, j'le comprends de vouloir faire valoir son point. On dirait qu'il veut pousser les gens à s'informer un peu plus... c'est peine perdu, mais il a essayé.

Et moi j'essaye ici! C'est peine perdu, mais au moins j'aurai tenté quelque chose.

[ Ce Message a été édité par: Gaia le 2005-11-09 02:39 ]

Gaia (Membre)
2005-11-09 02:01
Inscrit: Sep 27, 2004 Messages: 34
Email | répondre en citant
Traduction de l'interview de Michael Jackson diffusée sur CBS :




ED BRADLEY: Que répondez-vous aux accusations portées par le procureur de Santa Barbara, que vous avez abusé d'un garçon ?

MICHAEL JACKSON: C'est totalement faux. Avant de faire du mal à un enfant, je me trancherais les veines. Je ne ferai jamais de mal à un enfant. C'est totalement faux. J'étais écoeuré. Je ne pourrais jamais faire une telle chose.

ED BRADLEY: C'est un enfant que vous connaissiez ?

MICHAEL JACKSON: Oui.

ED BRADLEY: Comment décririez-vous la relation que vous aviez avec cet enfant ?

MICHAEL JACKSON: J'ai aidé beaucoup, beaucoup, beaucoup d'enfants, des milliers d'enfants, atteints du cancer, de la leucémie. C'est un de ceux-là.

ED BRADLEY: Mais dites-moi pourquoi vous avez créé Neverland ?

MICHAEL JACKSON: Parce que je voulais un endroit où je pouvais créer tout ce que je n'ai jamais eu étant enfant. Alors vous verrez des manèges, des animaux. Il y a un cinéma. J'étais toujours en tournée, et je n'ai jamais eu l'occasion de faire ces choses-là. Alors je compense ce que j'ai perdu en... Ce que je veux dire c'est que je ne peux pas aller dans un parc, je ne peux pas aller à Disneyland comme ça, en étant moi-même. Je ne peux pas sortir et me promener dans la rue, ça provoque des ruées de foules et des embouteillages. Donc je crée mon monde derrières mes grilles. Tout ce que j'adore est derrière ces grilles. On a des éléphants, des girafes, des crocodiles, toutes sortes de tigres et de lions. Et on reçoit des bus entiers de gamins qui n'ont pas l'occasion de voir ça. Des enfants malades viennent et s'amusent. Ils profitent de leur journée de façon pure, affectueuse et joyeuse. C'est ceux qui ont des pensées sales qui pensent ça. Je ne pense pas de cette façon, ce n'est pas moi.

ED BRADLEY: Et vous croyez qu'en vous voyant les gens pensent cela de vous aujourd'hui ?

MICHAEL JACKSON: S'ils ont des pensées malsaines, oui. Et s'ils croient les immondices qu'ils lisent dans les journaux, oui. Et souvenez-vous d'une chose. Ce n'est pas parce que c'est écrit que c'est parole d'évangile. Les gens écrivent des choses négatives parce qu'ils croient que c'est ce qui se vend le mieux. Pour eux les informations positives ne vendent pas.

ED BRADLEY: Donc quand il venait que faisait-il ? Que faisiez-vous ?

MICHAEL JACKSON: Je vais vous le dire précisément. La première fois que je l'ai vu il était complètement chauve, blanc comme neige à cause de la chimiothérapie, très squelettique, il avait l'air anorexique, il n'avait pas de sourcils, pas de cils. Et il était si faible, je devais le porter de la maison à la salle de jeux, ou bien le pousser dans une chaise roulante, pour essayer de lui donner une enfance, une vie. Parce que j'avais mal pour lui. Parce que je n'avais jamais eu cette chance non plus quand j'étais enfant. Vous voyez ? Je savais ce qu'il pouvait ressentir. Pas le fait d'être malade, mais de ne pas avoir d'enfance. Je compatis, je ressens leur souffrance.

Il n'avait jamais vraiment grimpé à un arbre. Donc j'avais cet arbre à Neverland. Je l'appelle mon "Abre qui Donne" (Giving Tree), parce que j'adore écrire des chansons là-haut. J'ai écrit tellement de chansons dedans. Alors je lui ai dit, "Tu dois grimper à un arbre, ça fait partie de ta vie de petit garçon. Il faut vraiment que tu le fasses." Et je l'ai aidé à grimper. Et une fois qu'il était en haut de l'arbre on a regardé au-dessus des branches. Et c'était si beau, c'était magique. Et il a adoré ça! C'était pour lui donner une chance de vivre. Parce qu'il allait mourir, c'est ce qu'ils lui ont dit. Ils ont dit à ses parents de prendre leurs dispositions pour son enterrement, c'est pour vous dire à quel point c'était grave. Et je lui ai fait suivre un programme. J'ai aidé beaucoup d'enfants en faisant cela. Je lui ai fait suivre un programme mental.

ED BRADLEY: Que se passait-il dans votre tête lorsqu'on vous a arrêté, mis les menottes, qu'on devait prendre votre photo, alors qu'elle allait être diffusée dans le monde entier ?

MICHAEL JACKSON: Ils ont fait ça pour essayer de me rabaisser, pour essayer de me prendre ma fierté. Mais j'ai fait tout ce qu'ils voulaient. Et à la fin, je voulais que le public sache que j'allais bien même si j'étais blessé.

ED BRADLEY: Que s'est-il passé quand ils vous ont arrêté ? Que vous ont-ils fait ?

MICHAEL JACKSON: Ils étaient supposés rentrer et simplement prendre mes empruntes digitales, et faire tout ce qu'ils font lorsqu'ils arrêtent quelqu'un. Ils m'ont vraiment malmené. Mon épaule est littéralement disloquée. Ca me fait très mal, constamment. Vous voyez ce bras ? Je n'arrive pas à aller plus loin que ça. Pareil pour l'autre côté.

ED BRADLEY: A cause de ce qui s'est passé au poste de police ?

MICHAEL JACKSON: Oui, oui, au poste de police. Et ce qu'ils m'ont fait... si vous voyiez ce qu'ils m'ont fait au bras... ils m'ont fait très mal. C'est très enflé. Je ne veux rien dire. Vous verrez, vous verrez.




ED BRADLEY: Comment ont-ils fait ça ? Je veux dire physiquement qu'est-ce qu'ils ont fait ?

MICHAEL JACKSON: C'est à cause des menottes, ils me les ont trop serrées derrière le dos.

ED BRADLEY: Derrière votre dos ?

MICHAEL JACKSON: Oui. Et ils les ont mises dans une certaine position de manière à ce que ça me fasse mal et que ça me fasse mal au dos. Maintenant je ne peux pas bouger. Ca m'empêche de dormir la nuit, je ne peux pas dormir.

Et à un moment j'ai demandé à aller aux toilettes. Et ils ont dit "Bien sûr, c'est dans le coin là-bas." Une fois aux toilettes, ils m'ont enfermé dedans pendant quelque chose comme 45 minutes. Il y avait du caca, des excréments jetés sur les murs, par terre, au plafond. Et ça puait tellement. Et puis un policier est arrivé devant la vitre. Et il m'a fait une remarque sarcastique. Il m'a dit "Tiens sens! Ca sent assez bon là-dedans pour toi? Tu aimes l'odeur? C'est bon?" Et j'ai juste répondu "Ca va, c'est pas mal." Donc je me suis assis là et j'ai attendu.

ED BRADLEY: Pendant 45 minutes ?

MICHAEL JACKSON: Oui, 45 minutes. Environ 45 minutes. Et puis ensuite un flic venait en disant "Oh, on va te faire sortir dans deux secondes, tu seras sorti de là dans deux secondes." Et puis 10 minutes de plus, et encore 15 minutes de plus. Ils l'ont fait exprès.

ED BRADLEY: Qu'avez-vous ressenti quand ils ont allés dans Neverland, avec leur mandat de perquisition ? Que cherchaient-ils ? Qu'ont-ils pris ?

MICHAEL JACKSON: Mes employés m'ont dit que ma chambre est un véritable champ de bataille. Ils m'ont dit : "Michael, ne va pas dans ta chambre." Mes employés pleuraient au téléphone. Ils ont dit "Si tu voyais ta chambre tu pleurerais." Il y a un escalier qui monte jusqu'à mon lit, et ils ont dit "Tu ne peux pas monter l'escalier, la chambre est totalement saccagée." Et ils ont envoyé 80 personnes dans cette pièce, 80 personnes dans une chambre ! C'est vraiment exagéré. Ils ont pris des couteaux et ont ouvert mes matelas avec... ils ont tout coupé pour les ouvrir.

ED BRADLEY: Ils ont pris des choses de Neverland ?

MICHAEL JACKSON: Je ne sais pas vraiment ce qu'ils ont pris. Ils ne m'ont jamais donné de liste.

ED BRADLEY: Mais vous dites qu'ils ont détruit votre propriété ?

MICHAEL JACKSON: Oui, c'est bien ça. Ensuite ils ont enfermé tous les employés de la maison dehors. Ils avaient la maison à eux seuls pour faire tout ce qu'ils voulaient. Et ils ont complètement abusé de la situation. Ils sont allés dans des endroits pour lesquels ils n'avaient pas de mandats de perquisition, où ils n'avaient pas à aller, comme mon bureau. Et ils ont complètement abusé de la situation. Et ils m'ont dit que ma chambre était un vrai taudi, un vrai taudi. Je ne pense pas vouloir voir ça, je ne suis pas prêt à voir ça.

ED BRADLEY: Alors vous n'y êtes pas retourné ?

MICHAEL JACKSON: J'y suis retourné, mais pas dans ma chambre. Je ne vivrai plus jamais là-bas. J'irai de temps en temps en visite à Neverland. C'est une maison désormais, je ne m'y sens plus chez moi. J'irai seulement là-bas en visite. [A Grace] Quelle heure est-il? Parce que j'ai mal. Vous savez, ça élance. Je vais devoir partir bientôt de toute façon, je ne me sens pas bien.

MICHAEL JACKSON: L'argent, la cupidité. La cupidité est entrée en jeu à un moment, et quelqu'un... je n'arrive pas trop à le décrire. Mais cela a avoir avec l'argent. C'est Michael Jackson. Voyons ce que nous avons là, on peut en tirer de l'argent. C'est exactement ce qui s'est passé.

ED BRADLEY: Vous l'aviez aidé pour son cancer. Ce que je ne comprend pas c'est pourquoi aujourd'hui - et je sais que vous pensez que c'est pour de l'argent, mais pourquoi il changerait de comportement en disant "Michael Jackson a abusé de moi sexuellement" si ça n'était pas vrai ?

MICHAEL JACKSON: Parce que les parents ont de l'influence sur les enfants. Ils estiment qu'ils doivent faire ce que leur disent leurs parents. Mais l'amour de l'argent, c'est la racine de toute méchanceté. Et c'est un enfant adorable. Et le voir changer comme ça... ce n'est pas lui. Ce n'est pas lui.

ED BRADLEY: Donc vous ne pensez pas que ça vienne de lui ?

MICHAEL JACKSON: Non.

ED BRADLEY: Ca vient de ses parents ?

MICHAEL JACKSON: Non, ce n'est pas lui. Je sais ce qu'il a au fond du coeur

- - - Jackson a dit que même s'il le pouvait il ne règlerait pas cette affaire à l'amiable comme en 1993.- - -

ED BRADLEY: Donc, si vous étiez innocent, pourquoi iriez-vous payer ? Je veux dire, pourquoi ne pas avoir été en justice pour vous defendre ?

MICHAEL JACKSON: Je n'ai pas le droit d'en parler.

*MARK GERAGOS*: Je vais vous interrompre deux secondes.

ED BRADLEY: Très bien.

Michael Jackson : Eh bien voilà, c'est parti !

*MARK GERAGOS*: Rappelez-vous ce qui lui est arrivé il y a dix ans. On l'a humilié. Il a dû subir une examination, des photos. On l'a humilié en regardant ses organes intimes et en les prenant en photo. Et ont l'a soumis à des choses tellement indiscrètes que vous n'imagineriez même pas. Je ne peux qu'essayer de me mettre à sa place et me dire, bon, si l'argent est le moyen de terminer cette situation... c'était peut-être ça le calcul. Je ne sais pas et je ne veux pas dire de bêtises.

ED BRADLEY: Mais tout cela fait que le public croit que ceci n'est pas arrivé qu'une seule fois, c'est arrivé deux fois. Que de jeunes garçons sont venus l'accuser d'avoir abusé d'eux sexuellement ces dix dernières années. Et il a dit publiquement à quel point il aimait partager son lit avec des enfants. On peut comprendre que le public se dise qu'il y a peut-être un problème. Il y a beaucoup de fumée.

*MARK GERAGOS*: Eh bien écoutez, il y a beaucoup de fumée. Mais un grand nombre de personnes qui entretiennent ce feu déforment ce qui s'est passé. Je comprends quand les gens se disent que quelqu'un d'autre est venu se plaindre de Michael. Mais je crois qu'en toute équité la plupart des gens ont compris. La plupart des gens comprennent que la cause est une histoire d'argent.

Nous avons demandé à la mère de l'accusateur de nous donner sa version des faits, mais elle a refusé et a refusé de laisser quiconque parler en son nom.

ED BRADLEY: Ce documentaire anglais en février que vous n'avez pas aimé...

MICHAEL JACKSON: Oui, je n'ai pas aimé.

ED BRADLEY: Vous avez dit dans ce documentaire que beaucoup d'enfants avaient dormi dans votre chambre.

MICHAEL JACKSON: Oui.

ED BRADLEY: Vous avez dit, je cite, "Pourquoi ne pouvez-vous pas partager votre lit ? La chose la plus affectueuse que l'on puisse faire c'est de partager son lit avec quelqu'un."

MICHAEL JACKSON: Oui.

ED BRADLEY: Au jour d'aujourd'hui, pensez-vous toujours qu'il est correct de partager votre lit avec des enfants ?

MICHAEL JACKSON: Bien sûr. Bien sûr. Pourquoi pas ? Si on va se comporter comme un pédophile, comme Jack l'Eventreur, comme un meurtrier, ce n'est pas une bonne idée. Je ne suis rien de tout ça. C'est comme ça que nous avons été élevés. Et je n'ai pas dormi dans le lit avec cet enfant. Et même si je l'avais fait, ce n'est pas grave. Je dormais par terre. J'ai donné mon lit à cet enfant.

ED BRADLEY: Oui mais quand on considère tout ce que vous avez traversé...

MICHAEL JACKSON: Oui.

ED BRADLEY: Quand on entend ces accusations, ces insinuations, pourquoi vous mettriez-vous dans une position qui pourrait vous apporter les mêmes problèmes ?

MICHAEL JACKSON: Eh bien je fais toujours plus attention. Mais je ne cesserai jamais d'aider et d'aimer les enfants comme Jésus l'a dit. Il a dit "Continuez à aimer. Aimez toujours. Amenez des enfants. Faites comme les enfants." Ce n'est pas puéril, mais enfantin.

*MARK GERAGOS*: Il y avait à chaque instant entre le 7 février et le 10 mars, quand Michael était là, il y avait toujours une tierce personne présente. Toujours.

ED BRADLEY: Et cette accusation sur l'agent alcoolisé, du vin dit-on, qui aurait permis à l'enfant d'être plus docile ?

*MARK GERAGOS*: Ridicule! Il y a à chaque instant 100 employés à Neverland. Il y a des agents de sécurité à plein temps. Il y a des gens présents toute la journée, 24h/24h, 7 jours sur 7, qui ont justement des consignes spécifiques d'empêcher des gens de faire ça. Les enfants sont complètement hors de portée d'alcool.

ED BRADLEY: Vous êtes père, vous avez trois enfants.

MICHAEL JACKSON: Oui.

ED BRADLEY: Vous laisseriez vos enfants dormir dans le même lit qu'un homme adulte qui n'est pas un parent, ou bien dormir dans sa chambre ?

MICHAEL JACKSON: Bien sûr! Si je connais cette personne, si je lui fais confiance et que je l'aime. Ca m'est arrivé souvent quand j'étais petit.

ED BRADLEY: En tant que parent, vous laisseriez vos enfant dormir dans la même chambre que quelqu'un sur qui on porte les mêmes accusations que sur vous ?

MICHAEL JACKSON: Quelqu'un...

ED BRADLEY: Si vous connaissiez quelqu'un sur qui on portait le même genre d'accusation...

MICHAEL JACKSON: Ed, je vois parfaitement ce que vous voulez dire.

ED BRADLEY: Que celles portées contre vous, laisseriez vos enfants dormir dans la chambre de cet homme ?

MICHAEL JACKSON: Mmm, si je le connaissais personnellement. Parce que je sais comment est la presse, et comment les gens peuvent déformer la vérité, si je le connaissais personnellement, oui absolument. Absolument. Ca ne me poserait aucun problème.

ED BRADLEY: Vous savez ce dont ça a l'air pour beaucoup de gens ? Vous les comprenez ?

MICHAEL JACKSON: Qu'est-ce qui a l'air de quoi ?

ED BRADLEY: Le fait que...

MICHAEL JACKSON: Vous savez pourquoi? Les gens pensent au sexe, ils pensent au sexe. Mon esprit ne fonctionne pas de cette façon. Quand je vois des enfants, je vois le visage de Dieu. C'est pour ça que je les aime tant, c'est cela que je vois.

ED BRADLEY: Vous connaissez un homme de votre âge, de 45 ans, qui partage sa chambre avec des enfants ?

MICHAEL JACKSON: Bien sûr! Pas pour le sexe! Non, c'est innacceptable.

ED BRADLEY: Eh bien je dois dire que je ne connais aucun homme de 45 ans qui partage sa chambre avec des enfants dont il n'est pas un parent.

MICHAEL JACKSON: Eh bien, qu'y a-t-il de mal à partager son lit ? Je n'ai pas dit que j'avais dormi dans le lit. Même si j'avais dormi dans le lit ça ne fait rien. Je ne ferai rien de sexuel à un enfant. Ce n'est pas ce que j'ai dans le coeur. Je ne ferais jamais une telle chose. Ca ce n'est pas Michael Jackson. Je suis désolé, c'est quelqu'un d'autre.

ED BRADLEY: Qu'est-ce que tout ça a fait à votre carrière ?

MICHAEL JACKSON: Ce que ça a fait à ma carrière ?

ED BRADLEY: Oui.

MICHAEL JACKSON: De quelle façon ?

ED BRADLEY: Quel impact tout ça a eu sur les ventes, les tournées...

MICHAEL JACKSON: Mon album est numéro un partout dans le monde. Dans le monde entier. Sauf les Etats-Unis, parce que... je ne veux pas en dire trop.

ED BRADLEY: Mais ça n'est pas numéro un aux Etats-Unis ?

MICHAEL JACKSON: C'est une conspiration. Je ne veux pas en dire trop, pour l'instant c'est suffisant! Je ne veux pas en dire trop parce que ça me fait mal, ça m'épuise.

ED BRADLEY: Michael, que diriez-vous à vos fans qui vous ont soutenu dans cette épreuve ?

MICHAEL JACKSON: Eh bien je leur dirais que je les aime beaucoup. Ils ont appris des choses sur moi de loin. Mais si vous voulez vraiment me connaître, j'ai écrit une chanson, et c'est la plus honnête que j'ai jamais écrite. C'est la chanson la plus autobiographique que j'ai jamais écrite. Elle s'appelle "Childhood." Ils devraient l'écouter. C'est vraiment celle qu'ils devraient écouter. Et merci pour votre soutien, aux fans du monde entier. Je vous aime de tout mon coeur. Je n'estime pas que tout cela m'est dû. Rien ne m'est dû. Et je les aime infiniment, dans le monde entier.



[ Ce Message a été édité par: Gaia le 2005-11-09 02:17 ]

Toulouse (Membre)
2005-11-09 16:44
Inscrit: Oct 24, 2004 Messages: 148
Email | répondre en citant
...

Quand M.Jackson affirme qu'il laisserai un homme qu'il connait bien laisser coucher avec un enfant même si celui si était accuser de pédophilie....

je trouve sa ... quelque peu abhérant..

Combien d'enfant se faisait tripoter par mononc.. ou bien grand papa ??... quelqu'un de si proche... qu'on connaissait si bien..

C'est bien beau... même s'il affirme qu'il est innocent.. mais de la à faire de tel énoncé... je trouve sa ... DÉCONCERTANT.. HO OUI DÉCONCERTANT..

Gaia.. avoue que c'est quand même étrange... En tout cas.. pour ma part si un monsieur de 45 très proche de moi était accuser de pédophilie et bien je le laisserai surement pas dormir dans le même lit que mon enfant..



[ Ce Message a été édité par: Toulouse le 2005-11-09 17:04 ]

GonzzonG (Décodeur requis)
2005-11-09 18:34
Inscrit: Apr 06, 2002 Messages: 1989
Email | répondre en citant
Accusé veut pas dire.. coupable....
Moi je sais tres bien que ma mere abusera jamais d'un enfant.. meme accusé je lui ferais confiance... je pense que Micheal est pas un homme ordinaire... qui peut oui avoir le coeur asser grand pour ouvir son monde a des millier d'enfant... Malgré soon affreuse tete... je crois qui va aller au paradis... et la ca va paraitre atroce ce que je vais dire.... mais si il a aidé des millier d'enfant... et qui a seulement une personne qui se plein... What the fuck... c'est pas pire que cloutier qui abuse d'une jeune fille de 14 ans... ou des nombreux gars qui trompe leur femme avec une danceuse... qui conduise soul... Un crime st'un crime... on vit dans un monde de jaloux et d'imbécile qui pense qu'Au sex et l'Argent... pis micheal est une victime facile...

Je serait curieux de compter qui est véritablement correct....

j'encourage pas la pédophilie.. parceque c'est une maladie mental... c,est pas pire que l'alcoolique qui s'occupe pas de ses enfants a quelque part... je divague

Au fait quesque la pédophilie???

-----------------
Le Monde Des Guitares De Jean Leloup


©º°šš°º© J'aime la vie, mais cibole que c'est court et compliqué! On met beaucoup de temps à comprendre qu'on comprend rien. ©º°šš°º© GönZZönG

Gaia (Membre)
2005-11-09 20:31
Inscrit: Sep 27, 2004 Messages: 34
Email | répondre en citant
Hihihi.... Toulouse, ça va être un débat sans fin, parce que ça dépend de nos perceptions.

Je suis capable de me revoir quand j'étais petite, dormir dans le lit de mon père, de mon oncle, de l'ami de mon père qui nous gardait. Ces hommes ont toujours été adorables avec moi et rien de malsain n'est arrivé! Donc c'est facile pour moi de comprendre que c'est possible que des hommes dorment avec des enfants qu'ils aiment, et qu'il ne se passe effectivement rien de sexuel.

Quote:

Le 2005-11-09 18:34, GonzzonG a écrit:

Au fait quesque la pédophilie???



Ben l'association des pédophiles dit que c'est une déviance sexuelle, au même titre que l'homosexualité, mais je trouve que leur raisonnement est cave en calvaire.

L'homosexualité est acceptable, du fait que ce sont des adultes conscentants qui s'y adonnent.

La pédophilie se fait par «conscentement» manipulé et sur de jeunes humains qui n'ont pas passé la puberté, qui n'ont pas la maturité sexuelle physiquement.

C'est anormal, facile, abusif, dégueulasse.

Quote:

Le 2005-11-09 18:34, Toulouse a écrit:

Quand M.Jackson affirme qu'il laisserai un homme qu'il connait bien laisser coucher avec un enfant même si celui si était accuser de pédophilie....

je trouve sa ... quelque peu abhérant..



À première vu, c'est vrai que ça peut être aberrant. Mais essaye de comprendre comment il voit la chose. Comme GonzzonG dit, si ton père se faisait accuser de pédophilie et que tu sais que ce n'est pas vrai, tu laisserais probablement tes enfants dormir avec lui quand même.

C'est exactement ce que Michael Jackson dit:

ED BRADLEY: (...)Que celles portées contre vous, laisseriez vos enfants dormir dans la chambre de cet homme ?

MICHAEL JACKSON: Mmm, si je le connaissais personnellement. Parce que je sais comment est la presse, et comment les gens peuvent déformer la vérité, si je le connaissais personnellement, oui absolument. Absolument. Ca ne me poserait aucun problème



Toulouse (Membre)
2005-11-10 13:50
Inscrit: Oct 24, 2004 Messages: 148
Email | répondre en citant
J'ai vue un film(documentaire..) y'a pas longtemps..

C'était un gentil papa qui a été accusé de pédophilie.. et puis finalement .. il a été prouvé coupable..

C'est enfant qui se faisait interviewer voulait pas accepter que sa soit vrai... C'était leurs père..Sa se pouvait pas à leurs yeux..

C'est pas le fait de coucher avec un adulte qui me trouble.. c'est le fait de savoir que l'adulte est accusé de pédophilie et puis qu'on laisse quand même l'enfant couché avec le monsieur....

Mais bon.. on peut pas vraiment débattre la dessus comme ta si bien dit.. c'est de l'opinion j'imagine.

Mais bon.. j'ai aucune idée si M. Jackson touche au petit enfant ou pas.. donc je le défend pas et je l'accuse pas.... je va laisser les américains s'en charger.. y font tellement bien sa...

M. Gonzo.. La pédophilie c'est l'action d'être vilain avec les petits.. Quand un monsieur te donne des bonbons pour que tu rentre dans son auto et après il te viole.. sa pourrait être considérer de la pédophilie.. (si t'est un enfant bien sur) Ou encore.. Si jamais tu est entrain de gravir la tour effeil.. et qu'un M. te touche le pénis.. sa pourrait être de la pédophilie si t'Est un enfant.. OU encore.. si ton mononc t'amène dans sa chambre à noel pour que tu touche à son pénis.. et que tu est un enfant.. sa pourrait encore être de la pédophilie.. ho oui .. les exemple sont à l'infini!!

ha lalalala


GonzzonG (Décodeur requis)
2005-11-10 15:12
Inscrit: Apr 06, 2002 Messages: 1989
Email | répondre en citant
Mais quesque la pédophilie.... pensait c'était uen activité sportive calisss.. désolé je suis pas dedans

-----------------
Le Monde Des Guitares De Jean Leloup


©º°šš°º© J'aime la vie, mais cibole que c'est court et compliqué! On met beaucoup de temps à comprendre qu'on comprend rien. ©º°šš°º© GönZZönG

Toulouse (Membre)
2005-11-10 15:31
Inscrit: Oct 24, 2004 Messages: 148
Email | répondre en citant
Sa peut toujours s'appliquer au activité sportive.. exemple..

Si un monsieur joue au bowling avec un ptit gars... pis qui demende au ptit gars de lui toucher le penis..et bien nous voici la pedophilie lié au activité sportive..

mais un autre débat s'impose.. est ce que le bowling est un sport..
si oui.. est ce que le pool est un sport ? si oui est ce que...



Gaia (Membre)
2005-11-10 20:56
Inscrit: Sep 27, 2004 Messages: 34
Email | répondre en citant
Gonz!
Tu mélanges avec l'altérophilie .

Réponse
Fermer ce Sujet Fermer ce Sujet Déplacer ce Sujet Effacer ce Sujet

Powered by phpBB Version 1.4.4
Copyright © 2000 - 2001 The phpBB Group
phpBB Created this page in 1.634 seconds.